Angie, sa dounia, son din, et ses soeurs mortelles

Les enfants et la mort

 

Les enfants des croyants :

Les enfants des croyants qui n'ont pas atteint l'âge de la puberté, sont au Paradis si Allah (qu'Il soit exalté) le veut, par la grâce et la miséricorde d'Allah. Il a dit (qu'Il soit exalté) : {Ceux qui auront cru... et que leurs descendants auront suivis dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les rejoignent. Et Nous ne diminuerons en rien le mérité de leurs œuvres, chacun étant tenu responsable de ce qu'il aura acquis} [At-Tour : 21].

Et Ali ibn Abi Thaalib (qu'Allah soit satisfait de lui) a pris Sa parole (qu'Il soit exalté) : {Toute âme est prisonnière de ce qu'elle a acquis} [Al-Mouddathir : 38] comme preuve que les enfants des croyants sont au Paradis parce qu'ils n'ont rien acquis pour qu'ils soient prisonniers de ce qu'ils ont acquis. Et Al-Boukhari a intitulé un chapitre de son recueil de hadiths authentiques : "Le mérite de celui dont l'enfant meurt, et il patiente". Ensuite, il a cita le hadith d'Anass (qu'Allah soit satisfait de lui) qui a dit que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Parmi les gens, tout musulman dont trois enfants meurent avant l'âge de la puberté, Allah le fera entrer au Paradis grâce à Sa miséricorde envers eux).
Et le hadith d'Abou Sa'îd (qu'Allah soit satisfait de lui) que les femmes dirent au prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) : "Accorde-nous un jour" ; alors il leur fit un sermon et dit : (Toute femme dont trois enfants meurent, seront pour elle un voile contre l'Enfer). Une femme dit alors : "Et deux enfants ?". Il dit : (Et deux enfants). Il intitula aussi un autre chapitre : "Ce qui a été dit au sujet des enfants des polythéistes". Puis, il cita le hadith précédent d'Anass, et le hadith d'Abou Houréïrah (qu'Allah soit satisfait de lui) que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Quiconque dont trois enfants meurent avant l'âge de la puberté, ce sera pour lui un voile contre l'enfer, ou il entrera au Paradis). Ainsi que le hadith d'Al-Baraa (qu'Allah soit satisfait de lui) qui a dit : "Lorsque Ibrahim (que la paix soit sur lui) mourut, le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) dit : (Il a une nourrice au Paradis). Et l'explication de la preuve dans les hadiths qu'Al-Boukhari a mentionnés concernant le fait que les enfants des croyants sont au Paradis, est comme Ibn Hajar a dit :
-"Celui qui est la cause de la protection de ses parents de l'Enfer, mérite plus d'être protégé, parce qu'il est l'origine de la miséricorde et sa cause".

De plus, des textes clairs ont été rapportés à propos de l'entrée des enfants des croyants au Paradis ; parmi ces textes, le hadith d'Ali rapporté par Abdoullah ibn Ahmed : (Les musulmans et leurs enfants sont au Paradis). Et le hadith d'Abou Houréïrah (qu'Allah soit satisfait de lui) rapporté par Ahmed dans son "Mousnad" : (Lorsque trois enfants de deux musulmans, meurent avant l'âge de la puberté, Allah les fera entrer au Paradis, ainsi que leurs enfants, par Sa miséricorde). Mouslim a rapporté dans son recueil de hadiths authentiques, ainsi qu'Ahmed dans son "Mousnad", d'après Abou Houréïrah que le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Leurs petits [leurs enfants] sont dans le Paradis comme ceux qui demandent la permission d'entrer chez les rois ; ils rencontreront leur père [ou il dit : ses parents], puis il prendra son vêtement, ou il dit sa main, comme moi je prends ton vêtement-ci ; alors, il n'arrêtera pas jusqu'à ce qu'il le fasse entrer, ainsi que lui, au Paradis).

L'imam Ahmed, Ibn Hibbaane et Al-Haakim, ont rapporté d'après Abou Houréïrah que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Les enfants des musulmans sont dans le Paradis, ils sont sous la responsabilité d'Ibrahim (qu'Allah prie sur lui et le salue)). Abou Nou'âïm, Ad-Daïlami et Ibn 'Assaakir ont rapporté d'après Abou Houréïrah que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Les enfants des croyants sont au Paradis, ils sont sous la responsabilité d'Ibrahim et Sarah jusqu'à ce qu'ils les remettent à leurs parents le jour du jugement).

Les enfants des polythéistes :

Al-Boukhari a intitulé un chapitre dans son recueil de hadiths authentiques : "Ce qui a été dit au sujet des enfants des polythéistes"; il a mentionné dans ce chapitre le hadith d'Ibn 'Abbaass (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) qui a dit :
-"On interrogea le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) au sujet des enfants des polythéistes ; il dit : (Etant donné qu'Allah les a créés, Il sait ce qu'ils auraient fait)".
Et le hadith d'Abou Houréïrah (qu'Allah soit satisfait de lui) qui a dit : "On interrogea le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) au sujet des enfants des polythéistes", il dit : (Allah sait ce qu'ils auraient fait)". Ainsi que le hadith d'Abou Houréïrah (qu'Allah soit satisfait de lui) que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Chaque nouveau-né naît sur la nature saine [sur l'Islam], alors ses parents le rendent juif ou chrétien ou mage ; comme l'animal qui donne naissance à l'animal, en vois-tu parmi eux qui naissent en ayant un membre amputé).

Certains hadiths indiquent que les enfants des polythéistes sont au paradis : Ahmed a rapporté d'après Khanssa la fille de Mou'âaawiyah ibn Sarim qui rapporte de sa mère qui a dit : "Je dis : [O Messager d'Allah ! Qui est au Paradis ?]. Il dit : (Le prophète est au Paradis, le martyr est au Paradis, et le nouveau-né est au Paradis). Ils ont pris aussi comme argument sa parole (qu'Allah prie sur lui et le salue) : (Les enfants des polythéistes sont les servants des habitants du Paradis) rapporté par Ibn Moundah, Abou Nou'âïm, Abou Yâalaa, et cheikh Naassir Ad-Din Al-Albaani a jugé de l'authenticité de ce hadith grâce à l'ensemble de ses chaînes de transmission.
Mais cheikh Al-Islam Ibn Taïmiyah a choisi que les enfants des polythéistes sont sous la volonté d'Allah, et ils seront éprouvés le jour du jugement ; il a attribué cette parole à Abou Al-Hassan Al-'Ach'âri et l'imam Ahmed. Cheikh Al-Islam a dit :
-"Ce qui est juste est que l'on dise à leur sujet : Allah sait ce qu'ils auraient fait ; il ne faut pas juger pour l'un d'entre eux en particulier qu'il est au Paradis ou en Enfer, et plusieurs hadiths rapportent qu'ils seront éprouvés le jour du jugement, on leur ordonnera et leur interdira, alors celui qui obéit, entrera au Paradis, tandis que celui qui désobéit, entrera en Enfer. C'est ce qu'a rapporté Abou Al-Hassan Al-'Ach'âri des gens de la sounnah".

 

 


Mérite de celui qui perd un enfant :
- Le mérite des parents :

Les hadiths suivants narrent la récompense attribuée aux parents qui auront été endurant lors de cette épreuve : Anas (qu’Allah soit satisfait de lui) rapporte : « Le Messager de Dieu (bénédiction et salut soient sur lui) a dit :

« Chaque fois qu'un Musulman perd trois enfants mineurs, Dieu l'introduit automatiquement au Paradis à cause de la miséricorde qu'il a eue pour eux. » (Hadith unanimement reconnu)

Abou Sa'id Al Khoudri (qu’Allah soit satisfait de lui) rapporte : « Une femme vint dire au Messager de Dieu (bénédiction et salut soient sur lui) :

« O Messager de Dieu ! Les hommes se sont réservés à eux seuls tes Hadiths. Laisse donc pour nous l'une de tes journées pour nous enseigner de ce que Dieu t'a appris. »

Il lui dit : « Réunissez-vous tel jour. »

Elles se réunirent donc et le Prophète vint à elles et leur enseigna de ce que Dieu lui avait appris. Puis il leur dit :

« Chacune d'entre vous qui sera précédée dans l'autre monde par trois de ses enfants trouvera en eux un écran contre le Feu. »

L'une d'elles lui demanda : « Et si ce ne sont que deux ? »

Il dit : « Même s'ils ne sont que deux. » (rapporté par Mouslim)

Commentaires au sujet de ces hadith dans ryad as salihine : Dans le Hadith rapporté par Anas ibn malik et abou Horeyra radia Allah anaoum, il est dit que celui qui perd des enfants en bas âge, c'est à dire sans avoir atteint la pubert, ces enfants seront pour eux un voile contre le feu, en raison de sa compassion envers eux, dans la mesure où les petits enfants sont l'objet de la compassion. En effet lorsque les enfants grandissent, ils deviennent autonomes vis à vis de leurs parents et leurs parents ne leur expriment plus la même compassion que lorsqu'ils étaient des enfants. Aussi celui qui a des enfants qui meurent en bas âge, au nombre de 3 alors qu'il fait preuve de patience en espérant la récompense d'Allah soubhanaou, ces enfants seront un voile pour lui contre le feu, sauf pour accomplir le serment, en vertu de cette parole du Très haut : "Et il n'est pas un seul de vous qui ne doive aborder l'enfer. C'est là un arrêt irrévocable de ton Seigneur. Nous sauverons ensuite ceux qui auront vécu dans la piété et y abandonneront, agenouillés les injustes" S19 V 71/72
Dans le hadith rapporté par said El Khoudri il est dit aussi que des femmes se rassemblèrent pour écouter un prêche du Prophète salla Allah alayhi wa salam. Après leur avoir appris de ce qu'Allah lui a enseigné, le Prophète alayhi salat wa salam leur dit que si l'une d'elles venait à déplorer la perte de 3 enfants, le feu ne la touchera pas, sauf pour l'accomplissement du serment. Une femme demanda : et deux?
"même deux" lui répondit le Prophète salla ALLAH alayhi wa salam. C'est là aussi une faveur d'ALLAH aza wajel pour les croyants dans la mesure où celui qui perd 2 enfants et fasse preuve de patience en espérant une récompense de la part d'ALLAH soubhanaou wa taala, ces enfants seront un voile pour lui contre le feu.

 

 

Q : Quel est le sort des enfants des musulmans ainsi que celui des associateurs lorsqu'ils meurent?

R : Le sort des enfants des croyants est le paradis car ils suivent leurs parents. Allah dit :

« Ceux qui auront cru et que leurs descendants... auront suivis dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les rejoignent. Et Nous ne diminuerons en rien le mérite de leurs œuvres, chacun étant tenu responsable de ce qu’il aura acquis. »

(Sourate 'Et-Tur' verset 21)

En ce qui concerne les enfants des associateurs, ceux qui ont été élevé par des parents non musulmans, beaucoup de choses ont été dites sur eux.

Nous disons: Allah est le plus savant sur ce qu'ils auraient fait. Donc en ce qui concerne les règles de la vie d'ici-bas, ils sont à la même place que leurs parents mais pour l'au-delà, Allah est le plus savant de ce qu'ils auraient fait, comme l'a dit le prophète (prière et paix d'Allah sur lui) Allah est le plus savant de leur devenir.

Et c'est ceci que nous disons car en vérité cela ne nous regarde pas énormément, mais ce qui nous concerne c'est leur jugement ici-bas aux enfants des associateurs nous ne les lavons pas, nous ne les recouvrons pas de linceul, nous ne prions pas sur eux et nous ne les enterrons pas dans les cimetières musulmans. Et Allah est le plus savant.

Fatwa du cheikh Ibn Otheimine tiré de son recueil de fatawas
Question numéro 57 page 115


22/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres