Angie, sa dounia, son din, et ses soeurs mortelles

Le Mort laisse 3 choses derrières lui

Bismillah r Rahmani r Rahim

 

 

je transfère

 

 

Selon Abû Hurayrah, qu'Allah l'agrée, le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : «
Quand le fils d'Adam meurt, son œuvre s'arrête sauf dans trois choses :

-
Une aumône continue.

- Une science dont les gens tirent profit.

-
Un enfant pieux qui invoque pour lui.

Rapporté par Muslim. Hadith n°1383
dans Riyâdh As-Sâlihîn



« une aumône continue »
c.-à-d. que
la personne fait aumône d'une chose qui demeure. La meilleure de ces choses est
les mosquées. La construction des mosquées est une aumône continue car la
récompense de celui qui les bâtit demeure tant qu'elles existent, nuits et
jours. Les Muslimins restent dans les mosquées pendant leurs prières, leurs
lectures, leur apprentissage, leur enseignement et autres...
Et parmi les
aumônes continues, faire le legs d'un logis (ou terre), d'un jardin ou quelque
chose de semblable pour les pauvres et les démunis, pour des étudiants en
science, ou les combattants dans la voie d'Allah...

La publication de
livres bénéfiques que les Muslimins lisent et dont ils tirent profit fait aussi
partie des aumônes continues Que ce soient des livres d'auteurs contemporains ou
d'antan. L'important est que ce soient des livres qui profitent aux Muslimins
après lui.

Réparer des routes fait aussi partie des aumônes continues :
si une personne répare des routes, en écarte les obstacles, et que les gens
continuent à en profiter, alors cela fait partie des aumônes continues. La règle
dans les aumônes continues est : toute œuvre pieuse qui perdure pour les gens
après lui.


« Une science dont les gens tirent profit. »

C'est
la plus générale, la plus globale et la plus bénéfique : que la personne laisse
derrière elle une science dont profitent les Muslimins. Qu'elle soit héritée
après lui par l'apprentissage oral ou par écrit. L'écriture de livres, enseigner
aux gens et l'échange de ces connaissances : tant que tout cela perdure, la
récompense de celui qui les a enseignés continue car les gens profitent de cette
science léguée.


« Un enfant pieux qui invoque pour lui »

« Un
enfant » englobe le sexe masculin et féminin, c-à-d un fils ou une fille. Cela
englobe ton propre fils, ta propre fille, les fils de tes fils, les fils de tes
filles, les filles de tes fils, les filles de tes filles, et ainsi de suite...
Un enfant pieux qui invoque pour la personne après sa mort fait aussi partie des
choses par lesquelles la personne est récompensée

 

 

 

 

NP : Soubhan Allah... Nous sommes là pour demander pardon pour nos générations passées.. Invoquons Allah soubhanaou wa taala afin qu'Il pardonne à nos familles. Allahuma gfir li mouminin wal mouminat, Allahuma ghfir li



20/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres