Angie, sa dounia, son din, et ses soeurs mortelles

Reprise de la prière après le cycle menstruel

BISMILLAH R RAHMANI R RAHIM

 

JE TRANSFERE du site http://www.talabu-http://www.talabu-din.com/pour-les-soeurs/comment-la-femme-détermine-t-elle-la-fin-du-cycle-menstruel-pour-recommencer-les-prières/din.com/pour-les-soeurs/comment-la-femme-détermine-t-elle-la-fin-du-cycle-menstruel-pour-recommencer-les-prières/

 

 

Comment la femme détermine-t-elle la fin du cycle menstruel pour recommencer
les prières ?

Question : Comment la femme détermine-t-elle le moment
de la reprise des prières après la fin du cycle menstruel ? Que doit-elle faire
si elle croit le cycle fini, reprend les prières puis découvre encore
l’écoulement de sang ou d’un liquide rouge foncé ?

Réponse

La fin du cycle menstruel est marquée par l’arrêt
de l’écoulement du sang, quelle qu’en soit la quantité. Beaucoup de
jurisconsultes soutiennent que la durée la plus courte du cycle est de 24 heures
et la plus longue est de 15 jours.

Cheikh al-islam Ibn Taymiyya (Puisse Allah lui
accorder Sa miséricorde) soutient, quant à lui, qu’il n’y a ni durée minimum ni
durée maximum et que l’on considère la présence du cycle menstruel par le
constat de ses signes bien connus. Peu  importe l’aspect quantitatif. A ce
propos, il dit : «  Allah fait dépendre de la menstruation de nombreux
règlements cités dans le Livre et la Sunna et Il ne lui a fixé ni une durée
minimum ni une durée maximum et n’a pas évoqué une pause de propreté entre deux
cycles menstruels, en dépit du fait qu’il  s’agit d’une question d’intérêt
général que la communauté a besoin de connaître ». Plus loin, il ajoute : « 
Certains ulémas en fixent les durées minimum et maximum et adoptent des opinions
divergentes quand il s’agit de les préciser. D’autres se contentent de fixer un
délai maximum. La troisième opinion, la plus juste, est qu’aucune durée ne lui
est fixée » (Madjmou’ al-Fatawa, 19/237).

Il existe un saignement extraordinaire qui dégage
un sang différent de celui de la menstruation et qui fait l’objet de règlements
autres que ceux appliqués à la menstruation. Ce saignement se distingue par ce
qui suit :

- la couleur : le sang de la menstruation est
noirâtre alors que celui du saignement en question est rouge.

- la fluidité : le sang de la menstruation est
moins fluide que celui du saignement extraordinaire

- l’odeur : l’odeur du sang menstruel est repoussante tandis que l’autre est
ordinaire

- la coagulation : le sang menstruel ne coagule
pas à la différence de celui du saignement inhabituel.

Ce qui précède indique les caractéristiques du
sang menstruel, et tout sang qui possède ces caractéristiques est impropre et
nécessite la prise d’un bain rituel. Quant au sang inhabituel, il ne nécessite
pas cet acte.

La menstruation est incompatible avec la pratique
de la prière, ce qui n’est pas le cas des saignements inhabituels. Cependant, la
femme qui éprouve ces saignements doit prendre des précautions et faire des
ablutions pour chaque prière, si les saignements persistent. Mais leur
persistance au cours de la prière n’est pas nuisible.

La femme peut constater la propreté grâce à deux
indices :

- l’apparition de traces blanchâtres constituées
par un liquide sécrété par l’utérus ;

- le dessèchement total de la vulve pour celles
qui n’ont pas l’habitude de voir les traces sus-indiquées.

Dans ce cas, elle peut constater sa propreté par
l’introduction d’un morceau de coton dans la vulve. Si elle le retire propre,
elle est propre et peut prendre un bain afin de pouvoir recommencer les prières.
Si elle le retire rouge ou jaunâtre ou rouge foncé, elle doit s’abstenir de la
prière.

Jadis, les femmes envoyaient à Aïcha un sac
contenant un morceau de coton jaunâtre et elle leur disait : « Ne vous empressez
pas, attendez de voir les traces blanches » (rapporté par Boukhari de façon
suspendue dans : Livre sur la menstruation, chapitre : commencement et fin de la
menstruation, et rapporté par Malick, 130).

Le terme « durdja » signifie dispositif utilisé
par les femmes pour conserver leurs parfums et autres objets.

Le terme « kursuf » signifie coton.

Le terme « qassa » signifie liquide blanc qui
s’écoule à la fin des menstrues.

Le terme « as-sufra » signifie liquide jaunâtre.

Si les liquides jaunâtres et noirâtres apparaissent pendant les jours de
propreté de la femme, on ne doit pas en tenir compte et la femme ne doit ni
abandonner la prière ni prendre un bain rituel, le cas n’impliquant pas
d’impureté rituelle. Cette affirmation repose sur le hadith d’Oum Atiyya (P.A.a)
: « Nous ne tenions aucun compte du sang jaunâtre et noirâtre constaté après la
propreté» (rapporté par Abou Dawoud, 307 et Boukhari, 320. Mais ce dernier n’a
pas cité l’expression « après la propreté »).

Le terme « kudra » signifie liquide rouge foncé
qui ressemble à une saleté.

L’expression «Nous ne tenions aucun compte»
signifie nous ne l’intégrions pas dans le cycle menstruel car c’est un liquide
impur qu’il faut laver et qui nécessite des ablutions.

Si les traces blanches suivent immédiatement le
cycle menstruel, elles en font alors partie.

Si une femme revoit le sang après avoir cru
qu’elle était propre, on juge de la suite sur la base des caractéristiques du
sang et agit selon qu’on est en présence de règles menstruelles ou de
saignements inhabituels. Dans le premier cas, on s’abstient de la prière et,
dans le second, on prend ses précautions et procède à des ablutions pour chaque
prière.

Quant au liquide rouge foncé appelé « kudra » que
nous avons évoqué plus haut, si la femme le constate après sa propreté, elle
doit le considérer comme propre. Mais elle nécessite des ablutions. Si elle le
constate au cours du cycle menstruel, elle l’assimile à celui-ci.

Allah le sait mieux.

Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid


07/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres