Angie, sa dounia, son din, et ses soeurs mortelles

La prière nocturne

Bismillah r rahmani r rahim

 

je transfère...

 

 



 

  

Les adresses e-mail sont des amana merci de supprimer mon adresse si vous transférez mes messages !

 

 

  

 

Les ancêtres pieux se plaisaient à prier pendant la nuit et manifestaient leur plus grande joie pour cette pratique.

Abd Allah ibn Wahb, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, a dit: « Tout objet de plaisir ne procure qu’un seul plaisir, à l’exception de la pratique cultuelle qui, elle, procure trois plaisirs : celui que vous éprouvez quand vous la faites : celui que vous éprouvez quand vous vous en souvenez et celui que vous constaterez quand vous en serez récompensé.» 

Muhammad ibn al-Mounkadir, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, a dit : « Les seuls plaisirs que la vie d’ici-bas procure sont au nombre de trois : les prières nocturnes, la rencontre avec les frères en islam et l’accomplissement de la prière en en groupe. » 

Thabit al-Banani, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, a dit : « Rien ne me plaît plus que les prières nocturnes ». 

Yazid ar-Raqqashi, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, a dit: « Les longues prières nocturnes donnent la quiétude aux dévots et la longue soif leur procure de la joie au moment de leur rencontre avec Allah. »  

Moukhlid ibn Houssayn, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, a dit: « Je ne m’étais jamais réveillé sans trouver Ibrahim ibn al-Adhan, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde,  en train de prier et d’invoquer Allah. Ce qui me faisait de la peine. Et puis, j’ai trouvé consolation dans ce verset : "Telle est la grâce d’Allah qu’Il donne à qui Il veut. Et Allah est le Détenteur de l’énorme grâce".» (Coran: 57/21)


 

Abou Asim an-Nabil, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, a dit : « Abou Hanifa était surnommé le piquet en raison de la fréquence de ses prières ». À ce propos, il a été rapporté que Qasim ibn Maïn, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde,  a dit : « Abou Hanifa se mit à prier au cours d’une nuit en récitant ce verset : « L’Heure, plutôt, sera leur rendez-vous, et l’Heure sera plus terrible et plus amère.»  (Coran: 54/46) et il ne cessa de le répéter, de pleurer et d’exprimer son humilité jusqu’au matin. »

Ibrahim ibn Shammas, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde,  a dit : « Je voyais Ahmad ibn Hanbal prier la nuit alors qu’il n’était qu’un jeune garçon.»

L’imam Al-Boukhari, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde,  se levait toutes les nuit et priait et récitait dans ses prières nocturnes entre la moitié et le tiers du Coran et terminait la lecture du Coran à l’aube toutes les trois nuits.

L’érudit Ibn Abd al-Hadi, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde,  décrit les prières nocturnes de Cheikh Al-Islam Ibn Taymiyya en ces termes : « Au cours de la nuit, il se tenait à l’écart des hommes pour rester seul avec son Seigneur, se montrer humble et s’attacher en permanence à la lecture du Coran; Il répétait toutes sortes de pratiques cultuelles nocturnes. Quand il entrait en prière, il tremblait et se penchait tantôt à droite tantôt à gauche. »

Ibn Radjab, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde,  dit à propos de son maître l’imam Ibn al-Qayyim: « Il était un dévot prieur et il s’adonnait à des prières extrêmement longues. Je n’ai pas trouvé son pareil dans sa dévotion et sa connaissance du Coran, du hadith et des réalités de la foi ».

Al-Hafiz ibn Hadjar, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde,  a décrit son maître al-Hafiz al-Iraqi en ces termes : « J’ai séjourné (longtemps) auprès de lui et je ne l’ai pas vu omettre la prière nocturne. Mieux, cela faisait partie de ses habitudes».

Ali ibn Bakkar, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, possédait une esclave qui lui préparait son lit. Quand elle avait fini, il venait le toucher avec sa main et disait : « Au nom d’Allah, tu es bon. Au nom d’Allah, tu es doux, par Allah, je ne me couche pas sur toi cette nuit-ci. Et puis, il se mettait à prier jusqu’à l’aube.»

Soufyan ath-Thawri, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde,  a dit: «  Mangez peu pour pouvoir accomplir les prières nocturnes ». Ma’aqal ibn Habib, qui vit des gens manger avec gourmandise, dit : «  Je ne pense pas que ces gens-là pourront accomplir les prières nocturnes ce soir. »

Muhammad ibn al-Mounkadir, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, a dit : «  Je me suis battu pendant quarante ans pour pouvoir maîtriser mon âme ».

Thabit al-Banani, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, a dit : «  Je me suis battu pendant vingt ans pour pouvoir observer les prières nocturnes et je m’en suis réjouis pendant vingt ans.»

Un homme a dit à Ibrahim ibn al-Adham :

«  Je ne peux pas prier la nuit. Prescris-moi un remède. »  -   « Ne Lui désobéis pas le jour car Il t’installe devant Lui la nuit. Ta position devant Lui la nuit est un honneur qu’Il t’accorde. Or, un rebelle ne mérite pas un tel honneur. »

Un homme a dit à Al-Hasan al-Basri : « Ô Abou Sa’id : «  Je passe la nuit en un bon état de santé et j’aimerais bien pouvoir prier et je fais même les ablutions, mais je ne prie pas. Pourquoi ? « Ce sont tes péchés qui t’entravent. » Dit al-Hasan. Ailleurs, celui-ci  (Qu'Allah lui accorde Sa miséricorde) dit : «  Certes les péchés commis peuvent empêcher leur auteur de prier la nuit et de jeûner le jour ».

 Un homme  dit à Al-Hassan Al-Basri   (qu’Allah lui fasse miséricorde): « Pourquoi ceux qui prient la nuit ont-ils les plus beaux visages ? » - Il lui répond : « Car ils sont restés seuls avec Allah - à l’adorer -, donc il leur a donné de sa lumière ».

 Le fait de prier la nuit affecte le cœur et l’illumine, Ata Al-khourassani a dit : «le fait de prier la nuit fait revivre le corps, illumine le cœur et la vue, donne de la force aux membres ; et lorsque l’homme se lève pour prier la nuit, il se réveille le matin étant joyeux, ressentant la joie dans son cœur, et s’il dort et ne prie pas, il se réveille en étant triste comme s’il a perdu quelque chose, et il a effectivement perdu ce qui lui est le plus bénéfique ».

  

Al-Foudayl ibn Iyadh dit : «  Si tu ne peux pas jeûner le jour et prier la nuit, sache que tu es un frustré bien attaché par tes péchés.»

 

 




Assalamo3alaykoum wa rahmatollahi wa barakatoh

Une petite réflexion personnelle sur ce que j'affectionne le plus, la prière de la nuit...

Depuis quand n'avez-vous pas pris le temps de lire verset après verset, une sourate dans la prière, en essayant de s'impregner du sens de chaque phrase...

le silence comme compagnon de nuit...

la fraicheur de l'eau des ablutions vous caressant la peau...

insensible au temps...

pas pressé...

c'est la nuit...

pas de boulot...

pas d'obligations...

rien...

sauf vous et votre Créateur...

Depuis quand n'avez-vous pas constaté l'énorme différence entre cette prière nocturne, où vous allongez la lecture, et celle de votre quotidien où vous pensez aux factures...

aux membres de votre famille...

au travail...

aux exams...

"au pain sur la planche"...

Depuis quand ?

Depuis quand la sérénité n'est-elle pas votre compagne le temps d'une prière...

Depuis quand ne vous-êtes vous pas étonné par cette lecture pondérée du Livre saint...est-ce moi qui parle aussi posément ?

C'est pourtant la même sourate que j'ai l'habitude de lire...

Les mêmes lettres, les mêmes mots...

Mais ça n'est pas la même lecture pourtant...

Depuis quand, le contexte nocturne avec la liberté qu'il nous offre, me permet-il de rester 5 minutes en prosternation, sans que le téléphone sonne ou qu'un membre de ma famille me demande quelque chose alors que je fais une prière en 5 minutes d'habitude...

Depuis quand mon âme ne se nourrit plus de cette aliment qui est la prière "bien faite"...

Depuis quand la concentration s'est-elle échappée de mon âme...

Depuis quand n'ai-je pas dompté mon âme le temps d'une prière nocturne...

Depuis quand ai-je raté toute ces nuits où mon Créateur se rapproche du ciel le plus proche à chaque dernier tiers...

Depuis quand je ne prend plus mon coeur au sérieux...

Depuis quand je noie mon âme par cette vie éphémère...

Depuis quand je rate ces occasions où seules quelques poignées d'eau me suffisent...

Depuis quand je rate ces occasions où seul un endroit propre pour me prosterner me suffit...

Depuis quand je rate ces occasions où seule la mémorisation de quelques versets me suffit...

Pour que je puisse au moment où l'écrasante majorité des gens dort, être parmi les rapprochés...

Wa Salamo3alaykoum wa rahmatollahi wa barakatoh...


17/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres