Angie, sa dounia, son din, et ses soeurs mortelles

la nourriture licite

 

bismillah r rahmani r rahim

 

 

je transfere

 

 

1/Fatwa émise et signée par cheikh ‘Abdullah ibn ‘Abdir-Rahmân Ibn Jibrîn,

 

« Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom d’Allah n’a pas été prononcé. »[1]

 

 

De plus, ce qu’Allah a autorisé, ce sont les bêtes égorgées par les Gens du Livre (les juifs et les chrétiens). Ceux-ci prononçaient en effet le nom d’Allah auparavant en tuant les bêtes et ils procédaient par égorgement à l’aide d’une lame ; ils laissaient le sang s’écouler entièrement. Ils procédaient ainsi conformément à ce que leur dictait leurs livres saints qu’ils respectaient. Mais, de nos jours, ils ont renié ceci et notre jugement est qu’il n’est plus permis de manger les bêtes qu’ils tuent, sauf dans le cas où ils les tueraient de la façon prescrite par notre religion.

 

 

Nous jugeons donc qu’il est interdit de manger de ces viandes douteuses. Vous pouvez consommer le poisson que ces restaurants servent, ou tout simplement aller dans des restaurants musulmans dont les gérants ne servent que des viandes d’animaux abattus selon le rite musulman. Vous pouvez aussi sacrifier vous-mêmes les animaux, poulets ou toute bête de cheptel dont vous voulez consommer la viande, ou alors consommez ce qu’un musulman ou un chrétien ou un juif a égorgé conformément aux prescriptions de la religion. Et Allah est le Plus Savant.

 

 

 

Fatwa émise et signée par cheikh ‘Abdullah ibn ‘Abdir-Rahmân Ibn Jibrîn,

 

                                                                                           2/Fatwa du Cheikh Otheimine.

 

Q : Que doit-on faire si on nous sert de la viande dont on ne sait pas si on a prononcé le nom d’Allah pour la sacrifier ? Quel est votre avis sur le fait de fréquenter les mécréants ?

 

 

R : On rapporte de façon authentique dans le Sahîh d’Al-Bukhârî, et d’après ‘Â’îsha, qu’Allah l’agrée, qu’un groupe de gens a dit : « Ô Envoyé d’Allah, certaines personnes nous apportent de la viande sur laquelle nous ne savons pas si le nom d’Allah a été prononcé ou pas ! » Le Prophète, qu’Allah prie sur lui et le salue, répondit alors :

« Prononcez-le vous-même et mangez. »

 

‘Â’îsha ajouta : « Cela ne faisait pas longtemps qu’ils étaient entrés dans l’islam. »[1]

 

Cela voulait dire donc qu’ils étaient encore nouveaux dans l’islam, et les personnes dans ce cas peuvent ne pas être au courant des règles précises de la jurisprudence (Fiqh), que connaît seulement celui qui a vécu parmi les musulmans. Mais le Prophète, qu’Allah prie sur lui et le salue, leur a indiqué de s’en occuper eux-mêmes, en leur disant :

 

« Prononcez [le nom d’Allah] vous-mêmes et mangez »,

 

c’est-à-dire : prononcez le nom d’Allah sur la nourriture et mangez.

 

Quant à ceux qui égorgent et qui ont un comportement correct, il faut supposer [que leur sacrifice] est  bon et licite, et il ne faut pas poser de questions car c’est montrer de l’obstination et de l’excès. Si on s’obligeait à  poser des questions à chaque fois, on se fatiguerait beaucoup, et on s’imposerait des difficultés simplement dans le doute que tout ce qu’on nous présente comme nourriture n’est pas licite. En effet, si quelqu’un t’invite à manger, il est tout à fait possible que la nourriture qu’il te présente soit usurpée ou volée, ou encore que l’argent avec lequel elle a été achetée ne soit pas licite, et il est tout à fait possible que la viande du repas n’ait pas été sacrifiée, en prononçant le nom d’Allah, etc. Par la miséricorde d’Allah sur Ses serviteurs, si l’action a déjà été faite par autrui, il apparaît que cette action disculpe et innocente les autres, et que la personne n’encourt aucun reproche (au cas où elle n’aurait pas été faite).

 

Concernant la fréquentation des mécréants, si celle-ci se fait dans l’espoir qu’ils se convertissent, en leur présentant l’islam, en leur montrant ses avantages et ses bienfaits, alors il n’y a pas de mal à fréquenter ces mécréants pour les appeler à l’islam. Cependant, si la personne les fréquente sans espérer leur conversion, alors qu’elle s’en abstienne en raison du risque qu’il y a de tomber dans le péché. En effet, le fait de les fréquenter fait disparaître la jalousie et les sentiments vis-à-vis de la religion, et peut engendrer de l’amour et de l’affection pour ces mécréants, alors qu’Allah dit :

 

 

 

 

« Tu ne trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour Dernier, des gens qui prennent pour amis ceux qui s’opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Il a prescrit la foi dans leurs cœurs et Il les a aidés de Son secours. »[2]

 

Aimer les ennemis d’Allah, les prendre en amitié et s’allier à eux est contraire aux obligations du musulman, car Allah, Béni et Exalté soit-Il, a interdit cela en disant :

 

 

 

« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. »[3]

 

Il dit également :

 

 

 

 

« Ô vous qui avez cru ! Ne prenez pas pour alliés Mon ennemi et le vôtre, leur offrant l’amitié, alors qu’ils ont nié ce qui vous est parvenu de la vérité. »[4]

 

Il n’y a pas de doute que tout mécréant est un ennemi d’Allah et des croyants, car Allah a dit :

 

 

 

« [Dis] : ‘Quiconque est ennemi d’Allah, de Ses Anges, de Ses Messagers, de Gabriel et de Michaïl [Allah sera son ennemi] car Allah est l’ennemi des infidèles’. »[5]

 

Il n’est donc pas convenable pour un croyant de fréquenter les ennemis d’Allah, de les aimer et les prendre en affection, en raison du grand danger qu’il risque pour sa religion et sa croyance



16/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres