Angie, sa dounia, son din, et ses soeurs mortelles

Secrets de beauté

Bismillah r rahmani r rahim

 

un peu de beauté au naturel....

Faîtes vous plaisir

 

Recette de la cire à épiler


Avec sa couleur dorée et son arôme de miel, la cire orientale est un vrai plaisir pour les sens ! Naturelle et hypoallergénique, cette recette millénaire a fait ses preuves. Elle laisse la peau douce et lisse pendant trois semaines. Le secret d'une cire orientale réussie ? Du sucre, du citron pour ses vertus désinfectantes, du miel pour adoucir la peau et une dose de pratique, car il est rare de réussir la cire au sucre du premier coup.

Ingrédients :

  • 2 verres de sucre en poudre (environ 50g)

  • Un demi verre d'eau (environ 15cl)

  • Le jus d'un demi citron

  • Une cuiller à soupe de miel

Préparation :

Disposez le sucre et l'eau dans une casserole, mélangez et faites caraméliser à feu doux. Lorsque le caramel blondit, versez-en une gouttelette sur votre plan de travail : si elle a une forme bombée et que vous pouvez la prendre entre les doigts et la presser, c'est signe qu'elle est prête à être utilisée. A ce moment, ajoutez quelques gouttes du jus de citron et le miel. Mélangez bien ! Versez ensuite la préparation sur un plan de travail propre et lisse (de préférence en céramique) et laissez la pâte refroidir ni trop ni trop peu (elle doit être à la température du corps, environ 37°). Confectionnez ensuite une boule de ce caramel et pétrissez-la pour la conserver souple et assez collante.

 
 

Lotion purifiante aux agrumes (recette)


Ingrédients

 

1 citron

1 orange

20 cl d'eau de source

 

Préparation

 

Peler le citron et l'orange et découper finement les épluchures. Les jeter dans l'eau froide et laisser reposer toute une nuit. Le lendemain, filtrer et conserver dans un flacon en verre de couleur foncée, à l'abri de la lumière.

Appliquer sur la peau avant ou après le démaquillage, matin et soir pour la rafraîchir et la tonifier. Cette lotion est particulièrement conseillée aux peaux mixtes et grasses

 
 

 

Le khôl


Le khôl, fard oriental qui sublime l'oeil en lui donnant du mystère, a toujours fasciné... "Tout le monde connaît le charme de ces yeux orientaux dont l'éclat s'augmente de cette ligne noire due à l'emploi du khôl, en usage dans tout le Levant. Cette invention donne à l'oeil un attrait tout particulier, je ne sais quoi de léonin et d'un peu farouche qui anime ces petites mines douces et régulières" disait Eugène Delacroix. La légende en fait un présent de Dieu : quand l'éclat du Seigneur parut sur le mont du Sinaï, il embrasa la montagne entière et en calcinant toutes ses pierres, les transforma en khôl... Le khôl est une fine poudre dont la couleur varie du bleu nuit irisé au noir profond en passant par le gris anthracite. Elle est obtenue en broyant de l'antimoine, un minéral métallisé.

Les vertus du khôl

 

Le khôl était appliqué à des fins purifiantes, pour soigner des conjonctivites, des irritations et des rougeurs de l'oeil. L'utilisation du khôl chez les peuples orientaux avait donc, d'abord, une raison pratique : il était réputé protéger des infections oculaires, mais aussi du vent sablonneux et de la lumière ardente du désert. D'ailleurs, les hommes et les enfants (bédouins, berbères et touaregs en particulier) l'utilisaient aussi. Au septième jour d'un nouveau-né, la sage-femme mettait du khôl au bébé, afin de protéger ses yeux fragiles des piqûres d'insectes et les conjonctivites. Et sur un autre plan, le khôl n'a pas son pareil pour intensifier le regard ! Dernier rempart de séduction des femmes du Ajjer (touaregs), les yeux étaient la seule partie du visage qu'elles pouvaient découvrir. Il n'y avait pas de femme qui n'eût en sa possession une de ces fioles remplies de poudre noire.

L'application du khôl

 

La femme orientale fait glisser adroitement le bâtonnet sur sa paupière inférieure en la tirant vers l'extérieur, les yeux clos de préférence, pour que le fard s'estompe et donne aux yeux un aspect velouté. La fine poudre noire recueillie était enfermée dans de petites fioles, appelées Mekhal. Ces fioles étaient fabriquées dans des matières aussi diverses que le verre, le plomb, le cuivre, l'argent ou l'or pour les plus riches... le Mekhal étant considéré comme un accessoire de luxe. La femme orientale appliquait le khôl à l'aide d'un bâtonnet à l'embout arrondi, le Meroued, en bois, ou mieux, en mérold, c'est-à-dire fabriqué à base de corne de mouton.

La préparation du khôl

 

La recette de cette poudre varie de l'Irak au Maroc, chaque région et chaque femme avait sa propre recette, ses propres secrets. L'une des recettes classique consistait à mélanger en proportions égales du sulfate de cuivre, de l'alun calciné, du Zenjar (carbonate de cuivre) et quelques clous de girofle, puis de réduire les différents ingrédients dans un mortier. Au Maroc, on y ajoutait quelques gouttes d'huile d'olive pour le rendre plus doux à l'application. Puis on recueillait la poudre dans un vase en terre, que l'on exposait à une petite flamme. Après quoi, on la tamisait à travers un fin mouchoir. Il en fallait jadis du travail et de la minutie pour arriver à obtenir la précieuse poudre noire...



21/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres