Angie, sa dounia, son din, et ses soeurs mortelles

La femme qui subvient aux besoins de sa famille

bismillah r rahmani r rahim

 

je transfere

 

La zakat faite au mari et aux orphelins dans la maison
 
Zeïneb que Dieu l'agrée, la femme de ‘Abdallah a dit :
« Je me trouvais à la mosquée et j’ai entendu le Prophète que Dieu lui accorde sa grace et sa paix dire: -
Faites l’aumône, quand bien même de vos propres bijoux. Zeïneb subvenait aux besoins
de ‘Abdallah (son mari) et de deux orphelins dans sa maison.
Elle chargea ‘Abdallah de poser la question suivante au Prophète : -
Je subviens aux besoins de mon mari et de ceux de deux orphelins chez moi,
cela suffit-il pour être considéré comme une aumône ? ‘Abdallah invita sa femme à
aller elle-même questionner le Prophète. – Je m’en allai donc chez l’Envoyé de Dieu,
raconte Zeïneb et devant la porte, je trouvai une femme des Ansar qui avait le même problème que moi.
Billal venant à passer, nous lui demandâmes d’être notre interprète auprès
du Prophète et de lui poser la question suivante : - Je subviens aux besoins de mon mari
et de deux orphelins chez moi, cela suffit-il pour être considéré comme une aumône ?
Nous le priâmes également de ne pas révéler notre identité.
Billal s’introduisit chez le Prophète et lui posa la question. Le Prophète l’interrogea : -
Qui sont ces deux femmes ? – Zeïneb, répondit Billal. – Quelle Zeïneb ? –
La femme de ‘Abdallah, précisa Billal. – Oui, en effet, reconnut le Prophète,
elle aura une double récompense, l’une pour avoir rempli ses obligations familiales,
l’autre pour avoir distribué l’aumône. »

Rapporté par Al-Boukhary


Sahih Al-Boukhary V-l
 

 



23/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres