Angie, sa dounia, son din, et ses soeurs mortelles

actes et paroles pendant jours de fête

Bismillah r rahmani r rahim

 

je transfère

 

 

 
"Et rappelle, car le rappel profite aux croyants" S.51-V.55

 

 

 

Des actes et des paroles le jour des fêtes

 


 

«Il donne la sagesse à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c'est un bien immense qui lui est donné. Mais les doués d'intelligence seulement s'en souviennent » (Al-Baqara.verset 269)



 Question :
 
Le jour d’al-'îd que ce soit « al-fitr » ou « al-adhâ », nous constatons que de nombreuses personnes s’étreignent (se font l’accolade) en ce jour et s’échangent entre elles des formules de félicitations (de bénédictions) tel que : « mabrûk ‘alayka al-’îd »/« Bénis soit pour toi ce jour » ou alors : « kullu ‘âm wa antum bikhayr »/« Puisses-tu te porter bien en toute nouvelle année » et autres, parmi les expressions [répandues]…

Est-ce que cela est conforme à la Guidée (hadyu) 
[1] du Prophète – Prière et Salut d’Allâh sur lui –, de ses Compagnons (as-sahâbah), ou de [leurs] Suiveurs [loyaux] (at-tâbi'în), pour quiconque faisant cela ?

Et quelle était la Guidée du Prophète – Prière et Salut d’Allâh sur lui –, le jour d’al-îd que ce soit « al-‘îd al-fi
tr » ou « al-‘îd al-adhâ » ?

Réponse du noble Chaykh Al-Fawzân – qu’Allâh le préserve – :

Louange à Allâh.

Il n’y a rien pour affirmer cela en ces jours [venant] du Prophète – Prière et Salut d’Allâh sur lui –, durant le jour d’al-‘îd.

Mais il y avait certains parmi les salafs (pieux Prédécesseurs) qui le faisaient et certains d’entre eux se disaient les uns aux autres : « taqabbala-llâhu minka »/« Qu’Allâh accepte de toi » ou [autres expressions] ressemblant à cela.

L’imâm A
hmad disait :
« Je ne commence [pas à le dire à une personne], mais si une personne commence à me le dire alors je lui répondrai. » [2]. Et Allâh est Omniscient.

[1] : La Guidée/al-hadyu : Manière ; façon ; conduite. On dit : « hadâ hadyahu » ; il imita sa façon d’agir. En l’occurrence ici, il s’agit d’imiter notre Prophète – Prière et Salut d’Allâh sur lui –.
[2] : Voir : « al-mughnî ma’a-chcharhi-lkabîr. » (2/250).

Traduction : un frère et revu par l’équipe www.mukhlisun.com
Source de la fatwah : 
fatwah disponible sur le site officiel du Chaykh
 http://www.alfuzan.net/fatawy/ask3....=&wordser=ÇáÚíÏ
copié de mukhlisun.com
Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan

 

Le « sacrifice de la fête de ’aîd », une obligation ou une sounnah ?

 

Question :

Est-ce que le sacrifice est obligatoire ou simplement une sounnah ?
 

Réponse
:

C'est une Sounnah fortement recommandée.

Car le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a poursuivi [cette pratique] dans le sacrifice pendant 10 ans.

Il a encouragé à cette pratique jusqu'à ce qu'il dise : 

« Celui qui a les moyens [de sacrifier] et qui ne le fait pas, qu'il n'approche pas nos lieux de prière. » [1]

Il nous fait voir à travers cela que c'est une pratique légiférée, il sortait avec les bêtes à sacrifier jusqu'au lieu de prière, et les immolait en ce lieu.

Et c'est pour cela qu'ont divergé les Savants sur son caractère obligatoire ou fortement recommandé.

Abû Hanîfa (rahimahullâh) et ses compagnons ont opté pour son obligation, et celui qui en avait les capacités sans pour autant le faire est pêcheur.

SHeikh al-Islâm [Ibn Taymiyyah] a penché pour cet avis.

Car cette pratique claire est comparable à la prière tels que les dires d'Allâh - Ta'âla :

« Accomplis la Salâ pour ton Seigneur et sacrifie. »
 
[2]

Et :

« Dis : En vérité, ma Salâ, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers. A Lui nul associé ! Et voilà ce qu'il m'a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre. »
 [3]

Et
l'opinion qui affirme l'obligation pour celui qui en a les capacités est forte.

Car beaucoup de preuves indiquent l'attention qu'Allâh a porté à cette pratique, et l'importance qu'Il lui a donné. 
[4]
 
Notes
[1] Rapporté par Ahmad, Ibn Mâdjah, ad-Darâqutnî, al-Hâkim selon Abî Hurayra - Considéré comme bon par L'Imâm al-Albânî dans « Sahîh at-Targhîb »
[2] Sourate al-Kawthar, v-2
[3] Sourate al-An'âm, v-162
[4] Kitâb « ach-Charh ul-Moumti' 'ala Zâd il-Moustaqni' » du SHeikh Muhammad Ibn Sâlih Al-'Uthaymîn, 7/517-518

copié de manhajulhaqq.com
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn 'Outheymine 
  
  

L'immolation de la bête le jour de 'aîd

 
Il a été demandé à Sheikh Al-islam Ibn Taymiya (rahimahu Allah ) :

"Quelles paroles devons-nous prononcer au moment d'immoler une bête, comment l'égorger et comment la partager"?
 
Il a répondu :

Louanges à Allah , En ce qui concerne "Al-Odhiya" (la bête à immoler), on la dirige vers la qibla, étendue sur le côté gauche, et on dit: :

« Bismillah wa Allahu akbar, Allahomma taqabbal minni, kama taqabbalta min Ibrahim khaliluka »

« Au nom d'Allah, et Allah est le Plus Grand, ô Allah accepte cela de moi comme tu l'as accepté d'Ibrahim ton ami intime (khalil) »

Et après l'avoir immolée, on dit:

«Wajjahtu wajhi lil-Alladhi fatra Assamawati wa al ardhi hanifan, wa ma ana mina al mochrikine »

« Qul: Inna salati wa noussuki wa mahyaya wa mamati li-Allahi Rabii al 'alamine, la charika Lahu wa bifhalika omirtu wa ana awwalu al mosslimine »

« Je tourne mon visage exclusivement vers Celui qui a créé (à partir du néant) les cieux et la terre; et je ne suis point de ceux qui Lui donnent des associés.»
(Sourate al an'am, verset 79)

« Dis: "En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers, A Lui nul associé! Et voilà ce qu'il m'a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.". »
(Sourate al an'am, verset 162)

En ce qui concerne le partage, il offre en guise d'aumône (sadaqa) le tiers de la bête.

Ensuite il offre tout simplement le deuxième tiers pour qu'au final lui revienne le derniers tiers. 

Mais s'il le souhaite, il peut soit offrir cette bête dans son intégrité, soit la manger dans son intégrité ou alors la cuisiner dans son intégrité en invitant des gens par la suite, tout cela lui est légiféré. 

Il rémunère le boucher par ses propres moyens. 

Concernant la peau de la bête, soit il l'utilise ou alors il l'offre.

Wallahou 3a'lam (et Allah et le plus savant),

Traduit et tiré de sahab.net par palou34
Source: Majmou' al fatawa de Ibn Taymiya rahimahu Allah
copié de alminhadj.fr
Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah


17/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres